Le gaspillage alimentaire – problème et solutions

Quand on apprend que le tiers de la production alimentaire mondiale finit à la poubelle [1], ça choque mais comme pour bien d’autres problèmes, on se dit qu’on ne réglera pas la crise à l’échelle individuelle.  C’est faux!  47% du gaspillage alimentaire a lieu à la maison! [2] On peut changer nos habitudes, ou plutôt, on DOIT changer nos habitudes, parce qu’avec tous les trucs et les moyens techniques qui sont à notre disposition, c’est un non-sens de continuer à jeter de la nourriture.

Le tiers de la production alimentaire mondiale finit à la poubelle
Image : unsplash.com

La production de toute cette nourriture demande des ressources et produit un grand nombre de déchets (eau  nécessaire à la culture, CO2 durant le transport, emballages, énergie nécessaire à l’entreposage, etc.)  Un aliment qui a franchi toutes ces étapes et qu’on choisit de mettre dans notre panier d’épicerie mérite certainement d’être consommé!

Le tiers de cette rizière
Image : unsplash.com

On peut faire notre part en adoptant des petits gestes au quotidien pour éliminer le gaspillage alimentaire.  On doit commencer par comprendre ce qu’on jette et pourquoi on le jette.  On en a trop acheté?  On ne sait pas comment le cuisiner ou on ne sait pas quoi faire avec nos restants?  L’aliment ne s’est pas bien conservé?

Il existe de nombreux trucs faciles à intégrer dans notre vie pour éviter le gaspillage alimentaire à la maison; faire un inventaire des aliments et des restants avant d’aller à l’épicerie, congeler les aliments ou portions supplémentaires, substituer certains aliments dans les recettes, partager, acheter en vrac la quantité réellement nécessaire, planifier les menus de la semaine, etc.  L’important c’est de trouver le ou les trucs qui fonctionnent bien pour vous pour éviter de jeter de la nourriture.

Pour ma part, c’est très rare que je suis une recette à la lettre (ok, j’avoue que c’est pas toujours un succès, mais la plupart du temps ça fonctionne!) et je n’hésite pas à faire des substitutions pour utiliser des aliments que j’ai à la maison.

J’achète aussi à l’occasion des produits qui sont en liquidation parce que la date de péremption est proche.  Connaissez-vous le magasin économique de la boulangerie Multi Marques de St-Jérôme [3]?  Ils vendent les surplus de boulangerie (principalement du pain et des desserts) dont la date de péremption est proche.  Les aliments sont encore propres à la consommation et sont vendus à très bas prix.

Ce mois-ci, on a choisi de vous présenter une conférence sur le thème du gaspillage alimentaire parce qu’on croit qu’adopter des comportements plus responsables dans la cuisine est un changement accessible à tous, peu importe votre niveau de compétence en cuisine.

Florence-Léa Siry
Image : Florence-Léa Siry

Florence-Léa Siry est LA spécialiste de la cuisine zéro gaspillage.  Elle prône qu’avec un minimum de connaissances et une liste d’ingrédients de base à avoir dans le garde-manger, il est possible d’utiliser les aliments au maximum pour en soutirer tous les nutriments et saveurs.  Elle présentera sa conférence «Zéro gaspillage alimentaire» le 29 avril prochain à St-Jérôme.

https://www.eventbrite.ca/e/billets-zero-gaspillage-alimentaire-32412378296?aff=eac2

Nous avons choisi de remettre 1$ par billet vendu à Moisson Laurentides qui distribue des denrées aux gens dans le besoin dans la région.  Saviez-vous que depuis 2015, Moisson Laurentides récupère les fruits et légumes invendus au marché public de St-Jérôme pour les redistribuer [4] ? On tenait à souligner cette belle initiative.

Parce que c’est possible de cuisinier «sans gaspiller ni se ruiner» [5], on espère vous compter parmi nous ce samedi!

Orise

Références : 

[1] http://www.equiterre.org/geste/gaspillage-alimentaire-non-merci

[2] http://www.equiterre.org/geste/gaspillage-alimentaire-non-merci

[3] Magasin économique de la boulangerie Multi Marques : 20, boulevard Maisonneuve, Saint-Jérôme, QC, J5L 0A1.

[4] http://www.lemirabel.ca/communaute/2015/6/26/moisson-laurentides-partenaire-avec-le-marche-public.html

[5] SIRY, Florence-Léa.  L’art de cuisiner sans gaspiller ni se ruiner.  CARACTERE, 2015.  http://www.chicfrigosansfric.com/fr/page/livre

 

 

Invitation au pique-nique Éco-Lau

feuillesInvitation

Quoi : Un pique-nique zéro déchet avec le Réseau Éco-Lau

Pourquoi : Parce qu’on veut souligner le Jour de la terre avec vous, parce que la région des Laurentides offre la nature en vrac!

Quand : Le dimanche 23 avril à midi.

Où : À la gare de Prévost  (1272 Rue de la Traverse, Prévost, QC J0R 1T0)

Apportez votre lunch, vos chaises pliantes, invitez vos amis, et venez célébrer le Jour de la terre avec nous dans une ambiance décontractée et festive!

eau lime.jpeg
Image : pixabay.com

Trucs Éco-Lau pour un lunch zéro déchet :

  • Utilisez de la vaisselle lavable ou compostable;
  • Utilisez des serviettes de table en tissus au lieu de celles en papier et éliminez les pailles pour boire, elles ne sont pas nécessaires;
  • Pour faire différent, ajoutez des fruits ou des herbes dans votre gourde d’eau. Une eau citron- menthe ou concombre- romarin, c’est tellement rafraîchissant!
  • L’arrivée de la douce saison est le meilleur moment d’essayer de nouvelles recettes en utilisant des produits locaux. Au mois d’avril, plusieurs fruits et légumes sont déjà disponibles (carottes, betteraves, champignons, radis, poires et poireaux pour ne nommer que ceux-là);
  • Faites vos provisions en vrac ou privilégiez les emballages compostables ou recyclables;
  • Évitez l’achat de collation en format individuel; favorisez les fruits, les légumes et les collations maisons
  • La ville de Prévost met à notre disposition les installations nécessaires au tri des matières résiduelles : le bac brun pour le compost; le bac bleu pour le recyclage et le bac vert pour les autres matières. Repérez-les et utilisez-les! Sachez que le meilleur déchet est celui qu’on ne produit pas!!
sandwich.jpeg
Image : Lum3n.com

Le covoiturage est tout désigné pour souligner cette belle journée de la terre. Des places de stationnement sont disponibles près de la gare. covoiturage.ca

Même si la saison du vélo n’est pas officiellement lancée, vous pouvez profiter de l’événement pour faire votre première randonnée de la saison.  C’est aussi une belle occasion de prendre une belle marche en famille ou entre ami.e.s.

Au plaisir de vous compter parmi nous!

**Événement annulé en cas de pluie**

Jour de la terre

Notre événement sur Facebook!

La permaculture en milieu urbain

La permaculture et la polyculture sont deux termes qui peuvent sembler très savants mais qui décrivent des principes de jardinage écologique simples et inspirés de la nature.

La permaculture est une «science de design basée sur l’observation […] qui s’intéresse aux relations que nous pouvons établir entre les différents éléments d’un système afin de planifier consciemment et intelligemment l’utilisation des ressources dans le respect de la vie.» [1]

La polyculture quand à elle est le fait de diversifier les espèces de plantes cultivées sur un territoire donné pour obtenir des récoltes saines, généreuses et variées.  C’est l’inverse de la monoculture qui est très répandue en agriculture industrielle.  Lire plus

Présentation de Karina

Je me présente, Karina. Mère d’une grande fille de 10 ans, entrepreneure depuis plusieurs années. Je suis une personne passionnée dans tout ce que j’entreprends. Artiste, sportive, épicurienne à tous niveaux, aimante de la nature, je rempli ma vie de tout ce qui me propulse !

14908244_10154000831378461_4556792260685126074_nJ’habite la région des Laurentides depuis 9 ans. Je l’ai adopté. L’air et les montagnes sont rendus essentiels à mon bien-être. C’est mon coin de paradis et de zénitude.

Je rêve d’un monde solidaire, de partage et de simplicités, un monde en santé.

Quotidiennement, je fais des gestes conscients et concrets. Je pense local, budget, bio, zéro-déchet, ainsi que ma trace sur l’environnement. J’essais de garder un équilibre et prendre de saines habitudes pour moi, ma famille, et la terre. Lorsque je jette de la nourriture au compost parce que j’ai mal planifié mes repas, lorsque je fais des aller-retour en voiture sans bonnes raisons, les produits ménagers que j’achète, l’électricité que je consomme, la provenance des aliments, l’empreinte écologique ; la terre est fragile, nos choix ont donc un grand impact. Je ne l’oubli jamais.

Lorsque j’ai découvert la création du projet Éco-Lau, j’ai tout de suite su que je serais une bonne ressource au sein du groupe. De un, par mes habitudes et intérêt sur le sujet, ensuite, mon bagage en graphisme, en gestion de projets depuis 20 ans, un atout indispensable pour véhiculer, et promouvoir ce mouvement dans les Laurentides. J’ai alors rencontré une belle équipe de femmes qui, tout comme moi, voulait Changer le monde, un geste à la fois !

Présentation d’Amélie

amelie
Bonjour, je suis Amélie. Je me suis jointe au projet de création du Réseau parce qu’il m’appelait.
J’ai un bacc en géographie, un diplôme de deuxième cycle en éducation à l’environnement et je suis (encore) étudiante à la maîtrise en sciences de l’environnement à l’UQÀM. J’étudie actuellement les processus de concertation en gestion de l’eau et l’évaluation environnementale. J’aime étudier, observer et comprendre les motivations des gens dans leurs implications.
J’ai vécu 5 ans à Trois-Rivières et 4 ans à Sept-Îles, mais j’ai toujours voulu revenir dans les Laurentides, où ma famille vit depuis plusieurs générations. J’ai donc eu envie de perpétuer cette expérience familiale.
Je ressens une profonde reconnaissance à Marylène et Orise de m’avoir incluse dans leur trip écolo. Le Réseau est apparu dans mon calendrier comme une manière de rendre mes expériences et apprentissages utiles. Comme j’ai beaucoup travaillé dans le milieu communautaire, j’ai senti le besoin de retourner dans cette ambiance, mais je ne trouvais pas le moyen de m’intégrer à ce qui se faisait déjà.
J’ai vu le mouvement Zéro déchet monter dans un contexte de prise en charge maladroite de la gestion actuelle des matières résiduelles. Cependant, beaucoup d’autres sujets sont à prendre en charge au quotidien. Le Réseau vient donc répondre aux besoins des citoyens qui veulent se sentir utiles dans leurs gestions des sources de problèmes environnementaux. Les citoyens ont leurs propres savoirs à exploiter, ils le font pour leurs intérêts et le Réseau peut venir les aider dans ce besoin de reconnaissance et amener un coup de main pour compléter les efforts entrepris au quotidien.
Merci de venir changer le monde avec nous !
Amélie

Collecte municipale des matières organiques; qu’en est-il dans les Laurentides?

Il y a cinq règles à appliquer (dans l’ordre!) si on veut adopter un mode de vie zéro déchet; Refuser – Réduire – Réutiliser – Recycler – Composter.  Cette dernière règle est de plus en plus facile à mettre en pratique grâce à la collecte municipale des matières organiques.

Le compostage est une manière de valoriser les déchets organiques en les transformant en un produit (compost) qui contient plusieurs éléments nutritifs et qui peut être utilisé en agriculture pour enrichir le sol.   Plusieurs municipalités des Laurentides ont maintenant un programme de collecte des matières organiques ou sont sur le point d’en mettre en place.  C’est le cas de Prévost, Val-David, Piedmont, Ste-Adèle, Ste-Agathe, Ste-Anne-des-Lacs, Mont-Laurier, Ste-Marguerite-du-lac-Masson, Ste-Sophie et St-Hippolyte (dès mai 2017).

st-hippolyte
Image : Ville de St-Hippolyte

En compostant vos déchets organiques (résidus alimentaires et de jardin entre autres) dans un composteur domestique installé dans votre cours ou par le biais de la collecte municipale, vous réduirez considérablement la quantité de déchets envoyés au dépotoir (entre 40% et 50% selon les sources).  Le compostage municipal, comparativement au compostage domestique, a pour principal avantage de pouvoir accueillir tous les résidus alimentaires (y compris les restes de viande et de poisson et ce qui contient de l’huile ou de la sauce).  De plus, certaines municipalités distribuent le compost ainsi obtenu aux citoyens pour enrichir leurs plates-bandes et jardins.

Quelques précautions sont quand même à prendre pour une expérience sans odeurs et sans visiteurs indésirables :

  • Entreposez votre bac à l’ombre
  • Saupoudrez régulièrement les matières avec du bicarbonate de soude
  • Éliminez les vers blancs en versant un peu de sel ou de vinaigre à l’intérieur du bac
  • Nettoyez votre bac régulièrement, en privilégiant l’utilisation de vinaigre ou de savon biodégradable
  • Enveloppez les résidus alimentaires de papier journal ou utilisez des sacs en papier, surtout pour les restes de viande et de poisson
  • Faites de l’origami! Réalisez un sac en papier journal pour le mini-bac de cuisine http://www.traindeviedurable.com/wp-content/uploads/2016/08/sacs-de-papier_maison.pdf
  • Barrez le couvercle avec un élastique (sauf le jour de la collecte) pour éviter que des animaux ne viennent y faire un tour
  • Sortez le bac brun à toutes les collectes, peu importe la quantité de matières qu’il contient
  • Laissez sécher vos résidus verts avant de les mettre dans le bac roulant brun.

D’ici 2020 au Québec il sera interdit d’éliminer ou d’enfouir les matières putrescibles (les résidus verts, les restes de table, les papiers absorbants et les cartons cirés ou souillés entre autres.) [1]  Si en 2016 les 25 à 44 ans ont été les plus actifs dans les pratiques de compostage au Québec [2], tout le monde devra s’y mettre dans les prochaines années pour atteindre cet objectif!

Si votre municipalité n’offre pas encore le service de collecte des matières organiques, on vous encourage à communiquer avec le service de l’environnement pour leur demander de mettre ce service en place rapidement!

Bon compostage!

Orise

composter
Image : MRC des Laurentides

Références :

[1] Ministère du développement durable, de l’environnement et des parcs du Québec.  «Bannissement des matières organiques de l’élimination au Québec : état des lieux et prospectives».  Gouvernement du Québec, 2012.

[2] DURIF, Fabien et BOIVIN, Caroline.  «Baromètre de la consommation responsable»  Pour l’Observatoire de la consommation responsable (ESG, UQÀM).  Québec : Édition 2016.  http://consommationresponsable.ca/barometre-de-la-consommation-responsable-2016-2/

MRC des Laurentides.  «Matières organiques et compostables».   http://www.traindeviedurable.com/matieres-organiques/

Ville de Prévost.  «Collecte de putrescibles, trucs et astuces».  http://www.ville.prevost.qc.ca/trucs-astuces.html#block_4

Le mouvement zéro déchet

Lors du premier événement du Réseau Éco-Lau samedi après-midi on a pu en apprendre d’avantage sur le zéro déchet grâce à la conférence de Mélissa de La Fontaine et aux présentations de partenaires qui encouragent ce mouvement.

Si vous n’avez pas eu le temps de tout prendre en note, pas de panique, voici un petit résumé :

Le zéro déchet, c’est… [1]

  • Refuser ce dont on n’a pas besoin, les emballages individuels, les produits à usage unique.
  • Réduire notre consommation en général, emprunter, louer et partager au lieu d’acheter.
  • Réutiliser à d’autres fins des objets qu’on a déjà, réparer au lieu de jeter, acheter usagé.
  • Recycler les emballages et objets recyclables (vérifier les logos et appellations).
  • Composter les restes de table, les cartons et papiers souillés, les emballages identifiés compostables.

Rappelez-vous, ces cinq règles doivent être appliquées dans l’ordre!

zero-dechet
Image : http:happylogie.com/zero-dechet-par-bea-johnson

Pour continuer la réflexion et pour vous aider à adopter des habitudes pour réduire vos déchets au quotidien, on vous proposera dans les prochaines semaines des petits défis, des alternatives et des trucs pour y arriver.  On vous encourage à participer et à partager vos trucs, vos réussites et vos bonnes adresses.

On commence déjà avec la première règle à appliquer pour adopter une mode de vie zéro déchet : REFUSER.  On refuse donc [2]:

  • Les articles inutiles offerts (stylos, publicités, gratuités et autres articles promotionnels)
  • Les produits à usage unique (produits hygiéniques, vaisselle jetable, cosmétiques, etc.)
  • Les produits suremballés et les produits emballés individuellement
  • Les produits de mauvaise qualité! On favorise les produits durables et de bonne qualité et on passe considérablement moins de temps au magasin à en acheter d’autres pour les remplacer

Concrètement, vous pouvez vous munir de sacs réutilisables de différents formats et les laisser dans l’auto, dans votre sac à mains et au bureau, pour mettre toutes les chances de votre côté de ne plus jamais avoir besoin d’accepter un sac en plastique!

Qui fait les plus beaux sacs réutilisables selon vous?

Sacs vrac.jpg
Image : http:www.zerowastehome.com/store

Si vous étiez présents samedi, on apprécierait que vous remplissiez un court sondage pour nous aider à organiser nos prochains événements.

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSfTqxeKP4JjfvEViVK9z5gqeWA_MXSRBsB_cBB_AuX_EaxgNQ/viewform 

Merci, et à très bientôt!

Orise et Marylène.

Bonnes adresses :

Dans le sac : Sacs à pain et à vrac.  http://danslesac.co/

SAKSAC : sacs réutilisables fabriqués à l’Atelier Éclipse de St-Jérôme. http://www.saksac.monpanierdachat.com/fr/accueil

Références :

[1] JOHNSON, Bea.  Zéro déchet.   Éditions Transcontinental, 2014.

[2] Charlotte.  Sortir les poubelles.  http://www.sortirlespoubelles.com